Repérage séjour itinérant Maroc


Après deux années de pandémie, une activité ralentie, des projets en attente, et deux billets d’avion disponibles pour Essaouira, la providence nous a incité à organiser un séjour de repérage dans le grand Sud marocain.

Permis de conduire en poche et bonne humeur en bandoulière, Camille et moi avons parcouru un peu plus de 1000 km, de Essaouira à Mirleft, puis à Tighmert, Amtoudi, Tafraoute et Taroudant. Océan à perte de vue d’un côté, désert rocailleux de l’autre, à moins de trois heures de Paris, le dépaysement est garanti.


Il s’agissait pour nous de refaire un itinéraire déjà programmé par Accès Aventure et d’en vérifier la faisabilité ; notamment pour ce qui est de l’hébergement et des activités, pressentant que pandémie et réchauffement climatique pouvaient avoir changé la donne.


1er constat : l’accueil et la gentillesse légendaires des marocains sont intacts ; le thé à la menthe s’est un peu occidentalisé avec moins de sucre mais nos papilles se sont ravies de cette cuisine si délicieusement épicée, qui nécessite souvent de longues heures tant de préparation que de cuisson.


Ce séjour itinérant que nous concoctons pour nos vacanciers sera un véritable enchantement dû aux paysages, certes, aux couchers de soleil sur l’océan ou à flancs de montagnes, mais aussi à la qualité des hébergements traditionnels. Partout nous avons trouvé des lieux simples, authentiques, et de qualité. Nous avons rencontré des hôtes amoureux de leur pays et de leur culture, pétris de gentillesse, spontanément bienveillants et prêts à nous organiser des activités locales : visite de palmeraies, balade à dos de chameaux, découverte de l’artisanat local, promenade dans les souks colorés, rencontre avec des habitants à l’ombre d’une tente berbère, visite de musées retraçant la vie de nomades sédentarisés, soirées musicales, …


Il nous importait de sortir un peu des sentiers battus, de participer modestement à un tourisme plus durable qui respecte, préserve et met en valeur les ressources patrimoniales et la culture traditionnelle. Nous avons échangé sur ce que pourrait être Accès Aventure davantage tourné vers un mode économique aux retombées locales. Nous souhaitions aller à la rencontre d’un Maroc moins touristique pour trouver, entre autres, de vraies coopératives de femmes et dénicher l’endroit où les étoiles ne seraient pas uniquement dans le ciel, mais aussi dans les yeux de nos vacanciers.


Cet itinéraire, sur lequel nous avons travaillé, promet de belles parties de baignades, de magnifiques découvertes d’oasis, un dépaysement total, mais aussi une approche au plus près des habitants ; il vous ravira les papilles, et ne vous laissera pas indifférent, tant le charme marocain peut être envoutant …


Dominique-Cécile






ARTICLE A LA UNE
ARCHIVES